Séminaire sur le développement au Sahel: pour la mise en oeuvre de la stratégie africaine

ALGER -Jeudi, 03 Décembre 2015 (APS) - Le séminaire sur les initiatives de développement de l'Union africaine (UA) dans la région du Sahel qui se poursuit jeudi à Alger revêt une importance particulière du fait qu'il vient appuyer la "stratégie africaine pour le Sahel" qui repose sur trois axes essentiels que sont la gouvernance, le développement et la sécurité, a appris l'APS de source proche du dossier.

 

Le séminaire co-organisé par le ministère des Affaires étrangères et la commission de l'UA tend à appuyer la mise en oeuvre du volet lié au développement prévu dans la "stratégie de l'UA pour la région du Sahel" adoptée par le Conseil africain de sécurité et de paix (CPS) lors de sa 449e session qui s'est tenue le 11août 2014 à l'initiative de l'Algérie.

 

La stratégie de l'UA vise essentiellement à soutenir la collaboration entre les pays de la région, notamment de l'Algérie qui a un rôle "prépondérant" dans la stabilisation du Sahel, sur des projets d'infrastructures et de développement, l'insertion socioéconomique des jeunes et des femmes, le développement agricole et pastoral et le soutien à la résilience des populations.

 

Le séminaire tend par ailleurs à faire l'inventaire des projets de développement dans la région et faciliter leur mise en oeuvre, d'entreprendre des travaux de réflexion sur les opportunités de coopération régionale en matière de développement d'infrastructures communes.

 

La rencontre a également pour objectif d'identifier les projets prioritaires qui s'inscrivent dans le cadre de la mise en eouvre de l'accord pour la paix et la réconciliation au Mali issu du processus d'Alger et encourager les partenaires pour accélérer leur concrétisation.

 

Les participants proposent également une meilleure coordination entre les structures de l'UA et les organisations et institutions régionales et internationales pour la réalisation des initiatives de développement dans la région.

 

Ils auront par ailleurs la possibilité de s'enquérir de l'ensemble des "stratégies de développement au Sahel" mises en oeuvre par les différentes structures de l'UA, les organisations et les institutions régionales et internationales et les mécanismes de coordination.

 

L'accord pour la paix et la réconciliation au Mali ainsi que la stratégie de l'UA pour le Sahel seront présentés lors de ces assises.

 

L'ordre du jour porte aussi sur les projets et programmes de l'UA pour le Sahel, les initiatives des partenaires et la coordination entre les différentes stratégies de développement dans cette région.

 

Prennent part à cette rencontre plusieurs institutions économiques continentales, régionales et internationales dont la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), la Banque arabe de développement économique en Afrique, la Banque africaine de développement, la Commission internationale de lutte contre la sécheresse au Sahel ainsi que l'Organisation de la Coopération islamique (OCI), l'Organisation des Nations unies (ONU) et l'Union européenne (UE).

 

L'Algérie qui insiste sur le "lien corrélatif" entre la sécurité et le développement au Sahel dans ses plaidoiries en faveur de la stabilité dans cette région, avait présenté une initiative à l'UA, qui sera adoptée en août 2014 pour devenir la stratégie de l'UA pour la Sahel.

 

La stratégie appelle à "contribuer aux travaux de réflexion et d'analyse sur les opportunités d'insertion socioprofessionnelle des jeunes et des femmes dans les pays du Sahel et aider à mobiliser les fonds notamment pour le financement des écoles de métier et le développement de l'artisanat".

 

S'agissant du secteur agricole, le document préconise de "contribuer à l'adoption de programmes et de projets susceptibles d'accélérer la croissance économique, d'appuyer les efforts nationaux et régionaux pour la préservation et la gestion durable des écosystèmes sahéliens, à travers, notamment, la préservation des équilibres dans l'interaction entre les activités humaines et les ressources naturelles disponibles".

 

La stratégie plaide aussi pour la mise en oeuvre effective de l'initiative de la "grande muraille verte pour la Sahara et le Sahel" de 2007 visant à lutter contre les impacts sociaux, économiques et environnementaux de la désertification dans la région.