Mali: Assises nationales de la refondation, l'Accord d'Alger au menu

BAMAKO - Lundi, 22 novembre 2021 (APS) - Les travaux des Assises nationales de la refondation (ANR) au Mali doivent commencer lundi dans leur phase locale au niveau des six communes du district de Bamako et dans les cercles et régions de l'intérieur avec au menu 13 thématiques, dont l'Accord de paix et de réconciliation, issu du processus d'Alger, ont rapporté des médias.


Cette première phase durera trois jours, et "les termes de références ont été validés et mis en circulation par le gouvernement", selon des médias maliens.

Il s’agit, d'après les mêmes sources, de trouver les voies et moyens nécessaires pour résoudre entre Maliens les problèmes sécuritaires et sociopolitiques auxquels ils font face depuis 2012. Le gouvernement trouve indispensable d'œuvrer à la refondation des structures de l'Etat, d'où la nécessité d'organiser cette phase préparatoire des ANR dans les communes, cercles et régions au cours de ces trois jours.

Cela constitue une opportunité pour le peuple malien de se concerter autour de la vision du changement et des réformes globales nécessaires, d'identifier les besoins et exigences du moment.

Ces assises nationales, dont le prochain rendez-vous, la phase finale, est prévu du 20 au 26 décembre, seront placées sous l’égide de la Présidence de la transition. Elles ont pour objectif principal d'"engager un véritable processus de refondation du Mali". Il s’agira de tirer les leçons du douloureux passé avec une synthèse des conclusions, recommandations et résolutions des différentes rencontres tenues jusque-là (forums, assises nationales, états généraux, conférence d'entente nationale, dialogue national inclusif, journées de concertations nationales sur la transition), de "proposer un nouveau contrat national de stabilité sociale, politique, sécuritaire et économique en matière de gouvernance, et d'avoir une compréhension commune des enjeux et défis pour le meilleur choix des réformes escomptées".

Ainsi, les présentes assises nationales se pencheront sur treize thématiques axées sur la défense et la sécurité, la souveraineté nationale, la lutte contre le terrorisme, la justice et les droits de l'homme, la politique de bonne gouvernance, la politique étrangère et la coopération internationale, l'intégration africaine, le dialogue social, les réformes sociales, les questions humanitaires, les élections, la paix, la réconciliation nationale et l'Accord d'Alger.

Elles concernent toutes les couches sociales et forces vives de la nation et de la diaspora.

Au total, il y aura plus de 150 participants au niveau des 19 régions, 300 au district de Bamako et 1000 pour les assises nationales. Des participants  tous issus des différentes sensibilités de la société civile, de la classe politique nationale, des mouvements des femmes et des jeunes. Les échanges et communications se dérouleront en séances plénières et en groupes de travail, conformément au règlement intérieur et au calendrier annoncé.

Les assises nationales avaient été annoncées à la mi-juin par le Premier ministre de Transition malien, Choguel Maïga.

Les autorités de transition maliennes affichent ouvertement leur volonté de reporter les élections présidentielle et législatives prévues le 27 février, dont la Communauté des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) exige la tenue à la date fixée.

Le Conseil de sécurité de l'ONU veut également un respect des délais électoraux et un retour à un pouvoir civil, après les deux changements anticonstitutionnels d'août 2020 et de mai 2021.