Accident de la route à Souk Ahras: le Président Tebboune présente ses condoléances

ALGER - mardi, 04 février 2020 (APS) - Le Président de la République, Abdelmadjid Tebboune a présenté ses sincères condoléances aux familles des victimes de l'accident de la route survenu, mardi matin, suite au renversement d'un bus de transport des voyageurs assurant la ligne Souk Ahras-Annaba, faisant 8 morts et 22 blessés.


"Je présente, avec une profonde tristesse, mes condoléances aux familles des victimes du tragique accident de la route survenu sur la ligne Annaba-Souk Ahras dont la terrible nouvelle nous a foudroyés ce matin", a écrit le Président Tebboune dans un tweet sur son compte officiel.

"J'ai déjà instruit le Premier ministre et le ministre de la Justice suite à un accident similaire enregistré il y a quelques jours à El-Oued de rechercher les outils juridiques adéquats pour la criminalisation de ce fléau et établir, sans délai, une règlementation plus rigoureuse de cette profession (conducteur de bus). A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons", a ajouté le Président Tebboune.

L'accident s'est produit sur la RN 16 au lieu-dit Belahreche lorsqu'un bus de transport des voyageurs assurant la ligne Souk Ahras-Annaba, a dérapé et s'est renversé.

Les dépouilles des victimes ont été transférées à la morgue de l'hôpital régional de Souk Ahras et les blessés ont été évacués vers ce même établissement de santé et vers le CHU Ibn Rochd de Annaba.

Le Président de la République, avait chargé le Premier ministre, M. Abdelaziz Djerad de tenir, dans les plus brefs délais, un Conseil interministériel exclusivement consacré à l'examen du fléau des accidents de la route.

Il s'agit également de proposer des mesures susceptibles de mettre fin à ces catastrophes, qui ont pris des proportions inacceptables et intolérables, avec la hausse constante et préoccupante de sinistres sur nos routes, occasionnant des pertes humaines et matérielles et impactant la santé publique et l'intégrité du citoyen.

Le président de la République avait ordonné, lundi, lors de la réunion du Conseil des ministres, le durcissement, de concert avec le ministère de la Justice, des mesures rigoureuses à l'encontre de tout comportement criminel dans la conduite, notamment en ce qui concerne les moyens de transport collectif et scolaire.

Il avait, dans ce sens, instruit le recours aux moyens modernes de contrôle à distance de la vitesse, mettant en avant la nécessité de passer à la double dissuasion en vue de préserver les vies humaines.

Le Président Tebboune avait ordonné, en parallèle, la mise en place de l'éclairage public au niveau des voies express et l'inspection régulière de la signalisation routière et la prise de mesures juridiques adéquates pour la criminalisation du comportement des conducteurs de bus de transport public et scolaire en cas de faute humaine par négligence, imprudence ou irresponsabilité.

Ces mesures doivent concerner également les employeurs qui recrutent des conducteurs sans s'assurer, au préalable, de leur état de santé psychologique et psychiatrique et de leur parcours professionnel. 

Le chef de l'Etat avait appelé, dans ce cadre, le ministère des Affaires religieuses à contribuer à la sensibilisation à travers les mosquées et les imams.

Les catastrophes des accidents la route ont pris des proportions inacceptables et intolérables, avec la hausse constante et préoccupante des sinistres sur nos routes, occasionnant des pertes humaines et matérielles et impactant la santé publique et l'intégrité du citoyen. En dépit également du durcissement des lois, le facteur humain demeure la première cause des drames routiers.

Les accidents de la route ont fait 3.200 décès et 31.000 blessés en 2019, selon les statistiques du ministère de l'Intérieur, des Collectivités locales et de l'Aménagement du territoire, sachant que ces sinistres coûtent annuellement près de 100 milliards DA.